(24/7) 09.74.77.43.10 contact@pflutece.com

Quels sont les rituels musulmans lors d’un enterrement ?

L’islam, au même titre que les religions monothéistes, suit un ensemble de rituels précis pour enterrer les personnes décédées de sa communauté. Religion majoritaire dans 49 pays s’étendant non seulement sur le Moyen-Orient, mais aussi en Afrique et en Asie, l’Islam compte de la même manière plusieurs millions de fidèles dans des pays non-musulmans tels que la France, l’Angleterre, l’Allemagne ou les États-Unis.

Respectueux des coutumes et des rites musulmans, les entreprises de pompes funèbres comme Lutèce International jouissent d’une certaine expérience et sauront parfaitement s’adapter aux attentes des musulmans lorsqu’il s’agit d’un enterrement.

✔ Qualité ✔ Discrétion ✔ Professionnalisme

Comment l’islam considère-t-il le décès d’un musulman ?

Selon la croyance musulmane, peu importe son orientation, la vie terrestre n’est qu’une étape vers la vie éternelle. Ainsi, le décès d’un musulman représente une forme de renaissance, d’où la nécessité d’obsèques simples et sobres.

Que se passe-t-il lors du décès ?

Lorsque le décès d’un musulman ou d’une musulmane est constaté, les rituels spécifiques à ce type de situation doivent se tenir dans un délai de 24 heures. En effet, il est important d’inhumer la personne décédée le plus vite possible, c’est-à-dire le soir même avant la tombée de la nuit si le décès a lieu le matin, ou le lendemain avant le coucher du soleil si le décès a eu lieu la nuit.

La croyance musulmane proscrit fermement la crémation. Il s’agit pour elle d’une atteinte aussi grave au corps que le serait une agression de son vivant. Il en va de même pour le don d’organes ou le don du corps à la recherche scientifique. Cette posture repose sur le fait que pour l’islam, l’âme du défunt habite encore le corps durant 40 jours et ne le quitte qu’après ce délai.

Comment prépare-t-on le corps d’un défunt pour une inhumation dans l’islam ?

Dans un premier temps, le corps du défunt doit subir une ablution. Elle est appelée « La grande ablution » ou « Ghusl el Akbar » en arabe, par opposition à « La petite ablution » pratiquée régulièrement par les fidèles avant d’accomplir une des cinq prières de la journée.

Cette purification religieuse se fait par quatre personnes de la même famille et du même sexe que le défunt ou la défunte par nécessité de pudeur. Le corps est d’abord lavé dans son côté droit puis dans son côté gauche.

Le corps est ensuite enveloppé dans un linceul blanc afin de le préparer à l’inhumation. Ce linceul doit être des plus simples et doit se composer de trois pièces pour les hommes et cinq pièces pour les femmes.

Comment se déroule la mise en terre d’un défunt dans le rite musulman ?

Après avoir été enveloppé dans le linceul, le corps du défunt ou de la défunte peut être préservé quelques heures, le temps que les proches ainsi que l’entourage puissent présenter leurs condoléances. Par la suite, le processus d’inhumation peut être lancé.

Enterrement musulman

Une dernière prière funéraire

Axées sur la sobriété et la retenue, les obsèques musulmanes exigent des fidèles que soit faite une prière rapide et sans prosternations. Il s’agit d’un rassemblement dans une mosquée où se réunissent seulement les hommes.

Cette prière, appelée « Salat-el-Janazah » (prière des obsèques) est obligatoire pour tout homme adulte présent ou appartenant à l’entourage direct du défunt ou de la défunte.

Son but est de prier pour le pardon de la personne décédée et pour l’humanité. Contrairement aux prières classiques, celle-ci ne comporte pas de prosternations : les fidèles demeurent debout et sont conduits dans leur recueillement par l’imam de la mosquée.

Aucune mise en terre ne peut être faite si cette prière n’a pas lieu. Certaines exceptions très rares ont pu avoir lieu dans l’histoire de l’islam, mais elles ne représentent pas une règle générale : la prière est une étape obligatoire avant de se diriger vers le cimetière.

Le convoi funéraire

Lorsque le corps de la personne décédée est préparé selon le rite et que la prière est achevée, le processus d’enterrement se dirige directement vers le cimetière. Pour ce faire, le cercueil (qui n’est utilisé qu’à des fins de transport) est mis dans un véhicule utilitaire qui sera poursuivi par l’assistance à pieds.

En effet, le convoi funéraire se fait à la marche. Les hommes qui y assistent se doivent d’accompagner le défunt jusqu’au cimetière en parcourant la distance depuis la mosquée à pieds. Suivant les régions et les pratiques, certaines convictions préconisent aux hommes ayant croisé le convoi de le rejoindre. La marche se fait en silence et sobrement. Les fidèles n’y ont pas le droit d’utiliser leur téléphone, de fumer ou de discuter bruyamment : il est possible d’échanger seulement si c’est strictement nécessaire.

La mise en terre

Arrivés au cimetière, les membres du convoi, principalement la famille du défunt, se relaient pour porter tour à tour le cercueil jusqu’au lieu de mise en terre. Ici aussi, l’assistance est strictement masculine et se doit de faire preuve de retenue.

La tombe doit être envisagée de manière perpendiculaire à l’Est, c’est-à-dire vers la direction de la Mecque. Le corps du défunt ou de la défunte sera ainsi allongé sur son côté droit, faisant face à la Mecque. 

Suivant certaines coutumes, trois poignées de terre doivent être versées avant que les fossoyeurs n’ensevelissent définitivement le défunt. Celles-ci symbolisent le retour à la terre et se font avec la récitation de versets du Coran.

Quelles sont les contraintes rencontrées par un enterrement musulman en France ?

Au même titre que d’autres confessions, l’islam doit obéir aux lois en vigueur en France. Sans pour autant empêcher les rites d’avoir lieu, certains d’entre eux doivent s’adapter :

  • Il est impossible d’enterrer un défunt sous 24 heures, la loi française imposant certaines démarches administratives dans le cadre d’un enterrement qui prend plus que 24 heures ;
  • Dans le cas d’un rapatriement du corps vers un pays étranger, il est impossible que la procédure se fasse dans un délai de 24 heures, procédures administratives et trafic aérien obligent ;
  • La loi française oblige à un enterrement de se faire avec un cercueil pour des raisons sanitaires.

Dans le doute, le mieux est de faire très vite appel à une entreprise de pompes funèbres comme Lutèce International qui sera apte à vous renseigner dans les moindres détails.

Confiance & Bienveillance